Et si vous tentez un 4-bet avec une bonne main (ou un 4-bet bluff), le pot sera quasiment aussi gros que si vous aviez ouvert à 3 ou 3,5 big blinds. Le 3-bet préflopLe pourcentage de “3-bet préflop”, c’est-à-dire le fait de sur-relancer, est un chiffre essentiel. casino tortuga casino Mais plus qu’un pourcentage, il faut savoir quelles sont les mains réelles avec lesquelles un joueur 3-bet. Généralement, une range de 3-bet est polarisée et compte, en plus des meilleures mains, des As assortis ou de petits connecteurs assortis.

  • C’est le style de jeu adopté par les joueurs de hautes limites et sur les tables en dur.
  • Une range est l’ensemble des mains avec lesquelles un joueur va faire ou a fait une action précise.
  • On peut voir sur cette deuxième figure qu’après cent mains, les différents scénarios donnent une fréquence de jeu qui est beaucoup plus proche de la fréquence choisie par le joueur.
  • L’on peut applaudir les développeurs d’Hold’em Manager pour ces stats qui sont inestimables.
  • JOUEURDEPOKER.FR vous expose ci-après les atouts de chacun.

Par exemple si un joueur a un VPIP de 20% mais un PFR de 12%, vous savez que 8% du temps, ce joueur limp ou call. Il y a eu de nombreuses innovations dans le monde du poker en ligne depuis sa création, mais il est certain que celle ayant eu le plus d’influence est l’introduction des Heads-Up Display ou HUD. Ce sont des applications qui enregistrent des statistiques sur votre jeu et celui de vos adversaires et les affichent sur les tables de poker. Les logiciels de ce type les plus populaires sont PokerTracker3 et Hold’em Manager. Nous avons demandé à l’instructeur de poker David Chicotsky de nous expliquer l’utilisation de base des HUD.

Introduction to Pot Odds How to Calculate Pot Odds in Poker

Alors visiblement PT4 a pris le meme concept que HM2 j’imagine. Par contre j’ai trouvé dans les stats PT4, une qui correspond à l’ancienne de PT3. Je doute que ça soit dû au décalage des blind, ça me parrait trop gros pour un soft professionnel.

  • Dans ce genre de situation, la qualité de l’information fournie par le tracker n’a pas grand intérêt.
  • Passons à présent à l’analyse des statistiques proprement dites.
  • Il est parfois plus important pour moi d’utiliser position et mise, et en fonction des infos profils+position+mise+tapis+(board)+historique de déduire éventuellement la range.
  • A contrario, une statistique comme le pourcentage de continuation bet converge beaucoup moins vite.

Un autre problème que je vois souvent chez les joueurs débutants avec ce logiciel est qu’ils ne connaissent pas la relation entre tous les nombres. Par exemple le “Total Agression factor” (Facteur d’agression total), le troisième nombre sur le première ligne, est calculé en additionnant les bets plus les raises divisés par les calls. Si un joueur mise et relance beaucoup, son facteur d’agression total va augmenter et s’il call beaucoup post-flop, il va diminuer. Les joueurs très agressifs peuvent également caller souvent, aussi le numérateur et le dénominateur sont élevés. Cela donne un Total Agression Factor plutôt faible qui laisse penser que ce joueur n’est pas agressif. Vous ne pouvez pas vous appuyer sur un simple chiffre mais, vous devez les utiliser relativement à d’autres, comme le pourcentage du temps auquel vos adversaires vont fold face à un continuation bet.

Qu’est-ce qu’un tracker ?

En effet, normalement, quand on ne connaît pas les tendances de nos adversaires, on a tendance a plus souvent fold que call. La statistique de fold to 3bet devrait donc diminuer avec le nombre de mains jouées. Si votre adversaire part de 25 % après cent mains, il y a peu de chances qu’il finisse à 80 %. Beaucoup de joueurs réguliers ont remarqué qu’une relance UTG a beaucoup de fold equity.

  • Ils ont une statistique FC basse et une statistique F2 élevée.
  • Inversement, un joueur avec un PPA trop élevé peu être exploitable dans la mesure où il ouvre trop de mains marginales en fin de parole.
  • Il ne faut pas hésiter à “resteal” (avec une petite sur-relance) les joueurs qui ont tendance à “steal” (voler les blinds) souvent ou à suivre avec une main ayant du potentiel.
  • Il ‘agit souvent de joueur plutôt serrés, mais certains en abusent et il convient de les repérer.

Leur argent est sans doute le plus facile à gagner à cause de leur style large et passif digne d’un samedi soir trop alcoolisé. Véritable pourvoyeur de fonds, ils ont contribué au succès de nombreux joueurs réguliers. Conclusion La plupart des joueurs réguliers ont une stratégie préflop plutôt bonne. C’est post-flop qu’il faudra chercher des failles à exploiter.

HUDの主要スタッツ②

Le PFR est un indicateur clair de la fréquence à laquelle un joueur agresse préflop. Un joueur qui open-raise et/ou 3-bet souvent est un joueur qualifié d’agressif. Un joueur passif aura tendance à “limp” (suivre la big blind) et à “cold call” (suivre une relance d’un joueur précédent). La dernière statistique est la PPA – Preflop Positional Awareness (ou l’appréciation de la position préflop). Cette statistique est “le ratio de votre PFR au bouton sur le PFR en début de parole dans les pots non-ouverts” et sert à mesurer si un joueur joue plus de mains en position que hors de position.

  • Un tracker est un outil indispensable pour tout joueur sérieux et qui, moyennant un investissement de quelques dizaines de dollars, vous aidera à améliorer votre jeu en permanence.
  • Si la statistique CB reste élevée, alors ils sont susceptibles de c-betting air souvent et sont donc exploitables.
  • Cette range, variable selon la position est souvent de 8 ou 9%.
  • Un logiciel de suivi de poker est un outil qui permet aux joueurs de poker de suivre leurs propres statistiques et celles de leurs adversaires.
  • Peu de joueurs aiment être confrontés à un squeeze et certaines précautions permettent de limiter ce type de configurations.

Ce nombre indique la fréquence à laquelle un joueur relance depuis le cut-off, le bouton ou la small blind, c’est le total. Je vais comparer cela à sa fréquence de continuation bet au flop. L’idée ici est de prendre un facteur spécifique comme le Facteur d’Agression Total et de voir le rapport avec d’autres indicateurs d’agressivité. Je vais vérifier deux ou trois fois si ce joueur est vraiment agressif ou vraiment passif ou vraiment loose.

Crucial Poker Stats To Include On Your HUD (And How to Use Them)

En tournoi, il est essentiel de regarder sur sa gauche et de savoir si vous avez affaire à de bons candidats pour relancer. Saviez-vous que plus de 95 % des joueurs de poker en ligne gagnants utilisent un logiciel d’aide à la décisionde (tracker de poker ou HUD)? De là à dire que l’intégralité des joueurs de poker professionnels en utilise? En tant que joueur de poker, votre objectif est de gagner et pour y parvenir sur le long terme, vous devrez exploiter les failles de vos adversaires et prendre de meilleures décisions qu’eux.

  • Ces informations sont donc mises à jour main après main, et vous avez donc, en direct, tout ce que vous pouvez savoir sur ce joueur pendant que vous jouez contre lui.
  • Contre ce type de joueurs, vous n’irez pas 3-bet 5♣6♣ mais une grande parties de vos broadways.
  • Abonnez-vous à notre newsletter et recevez les dernières infos du monde du poker, nos meilleurs articles de stratégie et nos offres spéciales directement dans votre boîte mail.
  • Je suis un joueur hyper LAG gagnant (je dirais même, “surfant”) sur la NL10 SH de PokerStars.fr (winrate 35bb/100 en jouant 3 tables, échantillon de 40khands environ).
  • Si vous ne jouez que sur une seule table à la fois, il est plus facile de voir qui joue très large ou qui a le dessus puisque vous pouvez vous concentrer sur le jeu.

Si votre adversaire montre 35% ou plus, il est “showdown happy”. Si leur agressivité est faible, ils ne misent peut-être pas assez souvent avec le lead. Cependant, s’il est agressif tout en ayant un WTSD élevé, il suit probablement trop souvent avec des mains faibles à la rivière. Voici un rapide tour d’horizon des statistiques utilisées par les tracker de poker les plus populaires (PokerTracker, Holdem Manager, Xeester, Poker Copilot, etc…).

Q: How can VPIP data be analyzed to improve gameplay?

Dans un article très complet, maxtamines vous propose son aide pour exploiter au mieux les statistiques récoltées par votre tracker et affichées par votre HUD. L’occasion de mettre le doigt sur de nombreuses fausses idées… On a donc vu dans la section précédente la fiabilité des statistiques en fonction de leur occurrence.

  • Si votre adversaire est passif et ne va pas souvent à l’abattage, alors il est faible et serré.
  • C’est post-flop qu’il faudra chercher des failles à exploiter.
  • Nous continuons notre exploration des statistiques du poker obtenues grâce à unlogiciel d’aide à la décision.
  • Véritable pourvoyeur de fonds, ils ont contribué au succès de nombreux joueurs réguliers.

Enfin, un logiciel de suivi peut vous aider à suivre vos gains et vos pertes, ce qui peut être utile pour gérer votre bankroll et votre argent de manière plus efficace. Pokertracker 4 est le choix logique pour les joueurs à fort volume souhaitant investir dans un outil d’aide à la décision complet et performant. Le HUD fournit des indications mais ne doit pas rendre aveugle. Ce sont des facteurs à toujours garder à l’esprit lorsque l’on joue avec un tracker. Vous pourrez facilement personnaliser votre hud selon vos envies ou vos exigences.Voici une capture d’écran d’un Hud « classique » qui contient les stats de base avec lesquelles nous allons travailler. Le tracker, lui, lit en direct tous les fichiers texte de votre répertoire de sauvegarde de mains, et intègre à sa base de données les nouvelles mains enregistrées, dans un format qui lui est propre.

Comment évolue la marge d’erreur dans le temps ?

Le HUD ne vous donne que des informations pour appuyer votre décision. Peu importe la quantité de données que vous pouvez avoir sur les autres joueurs de poker, votre HUD ne vous dira pas comment jouer. Décider de suivre, relancer ou se coucher sera toujours la responsabilité du joueur, et non celle du logiciel.

Cependant, un joueur qui joue 75 % des mains jouera plus de 50 % du temps dans 97 % des cas. Plus la fréquence est importante plus la statistique est rapidement fiable. Comment cela est relié au PFR et quelles conclusions peut-on tirer de ces deux chiffres ? Et bien, le pourcentage de relance pré-flop est le principal composant du VPIP. Hormis relancer pré-flop, votre adversaire a aussi la possibilité de limper ou de suivre. La différence entre le VPIP et le PFR représente la fréquence à laquelle un joueur limp ou call pré-flop.

VPIP (Voluntary Put in Pot)

C’est l’outil de sélection de table ultime, disponible exclusivement dans PokerTracker en tant que service complémentaire. L’idée est de trouver les tables et les adversaires les plus rentables. Il ne sert à rien de jouer contre des joueurs réguliers.

Ces logiciels d’aide à la décision possèdent tout deux des fonctionnalités très précises vous permettant d’améliorer sensiblement votre rentabilité. JOUEURDEPOKER.FR vous expose ci-après les atouts de chacun. Dans la suite de cet article, nous poursuivrons notre étude des types de joueurs en fonction de leur VPIP/PFR et verront quelles autres informations tirer de l’agressivité préflop. Plus la valeur est faible, plus on a affaire soit à une calling station, ou à un joueur qui aime faire des moves postflop (floating).